Focus

Dur, glacé et implacable.

Les Grandes Familles - 1958

Le film est dur, glacé, implacable même. À l’image de Gabin, qui offre une prestation étonnamment subtile de monstre patelin, qui dissimule derrière ses faux-airs de patriarche bourru, l’âme d’un tueur prêt – comme Saturne – à dévorer sa propre progéniture.

Aller plus loin avec
Denys de la Patelliere

Aller plus loin avec
Michel Audiard

Jean Gabin et Michel Audiard, une histoire d'amitié | Archive INA
Max FAVALELLI interviewe Jean GABIN et Michel AUDIARD sur leur première rencontre lors du film "Gas-oil"; ils évoquent les collaborations suivantes....
Le Cave Se Rebiffe - 1961 - Gilles Grangier
Le personnage de Max le Menteur disparaît dans l'adaptation cinématographique de l'œuvre de Simonin, mais la trame de cette histoire de faux-...

Thématique
Histoire du cinéma

​Kino n'est rien d'autre qu'une brève histoire du cinéma... critique et pleine d'humour anti... Ce court métrage fait partie des réalisations de la...
Interview de Michelangelo ANTONIONI au sujet de son film "Le désert rouge" avec Monica Vitti (Lion d'or au festival de Venise). Il explique la...
Max FAVALELLI interviewe Jean GABIN et Michel AUDIARD sur leur première rencontre lors du film "Gas-oil"; ils évoquent les collaborations suivantes....

Thématique
Long métrage

Cabrera, riche propriétaire, cherche à vendre son immeuble qu'il loue. Il doit procéder à des expulsions, mais les locataires, aux conditions de vie...
Épisode français Deux frères projettent l'assassinat de leur ami, Pierre, pour lui voler l'argent qu'il se vante souvent d'avoir pour ensuite fuir...
« Je n’avais jamais imaginé que des sons mécaniques puissent être organisés avec tant de beauté. Je considère Enthousiasme comme une des symphonies...
Dans une interview donnée au Kino Magazine en août 1926, Vertov explique ses intentions : « La Sixième Partie du monde est plus qu'un simple film,...
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire
Plus
Au fil des jours

Les idées peuvent nous faire vivre, c'est vrai... Mais nous vivons de sentiments, que nous gardons bien secrets.