Focus

Dur, glacé et implacable.

Les Grandes Familles - 1958

Le film est dur, glacé, implacable même. À l’image de Gabin, qui offre une prestation étonnamment subtile de monstre patelin, qui dissimule derrière ses faux-airs de patriarche bourru, l’âme d’un tueur prêt – comme Saturne – à dévorer sa propre progéniture.

Aller plus loin avec
Denys de la Patelliere

Aller plus loin avec
Michel Audiard

Une des répliques du film pourrait avoir été inspirée de cette réplique de Georges Clemenceau disant à son petit-fils au cours d'une discussion qu'il...

Thématique
Histoire du cinéma

​Kino n'est rien d'autre qu'une brève histoire du cinéma... critique et pleine d'humour anti... Ce court métrage fait partie des réalisations de la...
Dans le cadre du 35ème festival de Cannes le cinéaste Wim WENDERS a filmé, successivement, dans la chambre 666 d'un hôtel cannois où un poste de...
Une des répliques du film pourrait avoir été inspirée de cette réplique de Georges Clemenceau disant à son petit-fils au cours d'une discussion qu'il...
Dans une interview donnée au Kino Magazine en août 1926, Vertov explique ses intentions : « La Sixième Partie du monde est plus qu'un simple film,...

Thématique
Long métrage

La rage est un poème filmique en prose et en vers, un essai polémique mêlant radicalité et lyrisme. On y trouve le Pasolini le plus âpre et le plus...
Cabrera, riche propriétaire, cherche à vendre son immeuble qu'il loue. Il doit procéder à des expulsions, mais les locataires, aux conditions de vie...
Le mouvement Kino-pravda est lié au concept de kinoglaz (« ciné-œil »), combinaison de l'objectif de la caméra (alors pensé comme un « œil machinique...
Épisode français Deux frères projettent l'assassinat de leur ami, Pierre, pour lui voler l'argent qu'il se vante souvent d'avoir pour ensuite fuir...
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire
Plus
Au fil des jours

“On se toucherait bien, mais on n’arrive qu’à se donner des coups.”